Pourquoi ne pas tout transposer ou presque en Do Majeur ?

« Beaucoup de morceaux de musique, une fois transposés en DO Majeur, deviennent facilement interprétables, soit plus de 80 % de son répertoire ».

Alors, pourquoi ne pas tout jouer en Do Majeur ?

Tout est possible !

C’est vrai, on peut transposer en DO majeur toutes les œuvres écrites dans les 11 autres tonalités majeures et ne composer que dans cette tonalité, beaucoup plus facile à interpréter au piano car ne comportant pas, a priori, d’utilisation des touches noires. Mais quelques remarques s’imposent …

Est-ce la réalité ?

Tout d’abord, à part quelques pièces pour débutants, les œuvres musicales ne sont pas écrites dans une seule tonalité. C’est ce qu’on appelle moduler. J’en montre un exemple dans un de mes focus, où je prends l’exemple d’un choral de Jean-Sébastien Bach qui a pour ton principal DO Majeur (rien à la clé) et qui va moduler en SOL Majeur (avec des fa#), en LA mineur (sol#), en FA Majeur (Sib).

Quid des autres instruments ?

Ensuite, ce qui est facile à jouer pour un type d’instrument n’est pas du tout aisé pour un autre. Les vents par exemple, en particulier les instruments dits en sib et mib (trompette, saxophone, clarinette) vont trouver facile de jouer des œuvres écrites en certaines tonalités peu commodes pour d’autres instruments comme les cordes. Or, le propre de la musique, c’est de permettre à différents instruments de jouer ensemble pour un tout harmonieux.

Noir et blanc ou couleurs ?

Enfin, et c’est pour moi, le plus important, la diversité des tonalités que propose le système tonal présente toute une palette d’ambiances, d’atmosphères, de ‘couleurs’ différentes les unes des autres. C’est ce que je m’efforce de démontrer dans mon focus sur les tonalités Majeures en faisant écouter le démarrage de morceaux de piano et ‘goûter’ le choix de leur tonalité conçu par leur compositeur.

La réponse est oui, mais…

Ces compositions pourraient toutes être transposées en DO Majeur mais cela reviendrait à peu près à ne plus disposer que d’une seule ‘couleur’ pour interpréter tous ces joyaux du répertoire.

Si toute la musique était composée dans une seule et même tonalité et que seuls les modes changeaient, ce serait à peu près la même chose à mon sens que voir tout en noir et blanc avec les nuances possibles de gris !

Les efforts ne sont pas forcément des sacrifices…

Tout ceci pour encourager à travailler son instrument car l’effort en vaut la peine. Jouer, improviser, composer des partitions dans différentes tonalités principales et d’autres secondaires permet ainsi aux pianistes de s’associer à toutes sortes d’autres instruments pour le plaisir de l’oreille de tous.Je vous souhaite le plaisir de composer en couleur !article Lettre LPMH 1-15 aout 2022

En savoir plus sur ma formation

Dans ma formation à l’intention de ceux qui souhaitent se lancer dans la composition avec seulement quelques notions pianistiques, j’aborde très clairement les tonalités Majeur et mineur. Pour apprendre à goûter ces richesses, j’illustre les tonalités par des exemples d’extraits d’œuvres au piano.