Les tonalités

En quel ton cette mélodie est-elle écrite?

C’est la première question que l’on doit se poser quand on veut l’accompagner.

Exemple tonalité Serge Lécussant LPMH
?

En résumé : cette mélodie est dans le ton de sol majeur :

  • Parce qu’elle utilise toutes les notes naturelles (sans altérations) sauf le Fa systématiquement diésé : c’est l’armure qui l’indique.
  • Parce qu’elle se termine sur la tonique sol, la note de repos.

On peut donc en déduire son échelle représentative à partir de sa tonique ou Ier degré mélodique, ce qu’on appelle la gamme de Sol Majeur :

  • En Sol = le premier degré ou tonique est sol, note qui donne son nom à la tonalité et qui permet de terminer la mélodie de façon totalement conclusive en donnant un sentiment de repos, d’achèvement.
  • En Sol Majeur = ce ton appartient à une famille de tonalités ou mode ayant comme caractéristique – véritable « ADN » – un enchaînement  d’intervalles ou échelle invariable entre chacun de ses degrés mélodiques successifs.
Illustration du mode majeur LPMH Serge Lécussant

En conclusion : cette mélodie est bien écrite dans le ton de Sol et le mode Majeur.

Comment trouver rapidement une tonalité Majeure à partir de l’armure ?

Exemple Tonalité-Ex2-3 Serge Lécussant

En résumé : 

  • Pour les armures des tons Majeurs avec dièses, il faut ajouter ½ ton au nom complet de la note correspondant au dernier dièse de l’armure.
  • Pour les armures des tons Majeurs avec bémols il faut prendre le nom complet de la note correspondant à l’avant-dernier bémol.
  • Exceptions (à connaître par cœur) : armure d’un seul bémol : Fa Majeur et armure sans aucune altération (on dit : rien à la clé) : Do Majeur.

Les tons voisins

Parmi l’ensemble des tonalités majeures existantes on distingue des tons dits voisins.

Exemple tonalité 4 LPMH Serge lécussant

En résumé : 

Toute tonalité Majeure a comme tons voisins majeurs ceux dont la tonique se trouve une 5te juste au-dessus et en-dessous de la sienne. Pour avoir une vue d’ensemble sur les tonalités Majeures usitées, voir le tableau récapitulatif dans lequel les tons voisins Majeurs occupent les colonnes voisines.

Les tons mineurs

Quel autre mode peut-on rencontrer à part le mode Majeur ?

L’autre « famille de tons » la plus fréquemment employée est le mode mineur.

Prenons l’exemple de Sol mineur.

Exemple tonalité 5

 

En résumé : 

Cette tonalité est donc celle de Sol mineur, elle a la même tonique que Sol Majeur (elles sont appelées homonymes) mais les IIIe et VIe degrés mélodiques abaissés d’1/2 ton par rapport à Sol Majeur lui donnent un caractère plus sombre.

 

Les tons relatifs

Qu’appelle-t-on les tons relatifs ?  

Tonalité exemple 6-7

En résumé:

Sib Majeur et Sol mineur utilisent les mêmes notes (à l’exception du fa artificiellement diésé pour donner un caractère de note sensible au VIIe degré mélodique.

Il y a donc un autre type de voisinage entre Sib Majeur et Sol mineur que l’on appelle tons relatifs. Ces deux gammes ont la même armure, 2 bémols à la clé, mais en cours de mélodie quand apparaîtra le fa# on saura que l’on est en Sol mineur. Ces tons relatifs font aussi partie des tons voisins.

CONCLUSION : Par conséquent pour un ton donné, il existe en tout 5 tons voisins : les deux tons dont les toniques se trouvent une 5te juste au-dessus et en dessous de la sienne ainsi que leurs 3 tons relatifs.

Tableau complet des tonalités Majeures et mineures

Tonalité Majeures et mineures relatives LPMH Serge Lécussant

0n peut remarquer qu’il est facile d’identifier les 5 tons voisins dans lesquels on aura certainement l’occasion de moduler, car ils sont placés dans 3 colonnes voisines

EXERCICE d’application – pour voir si on a tout compris !!!

Prenez la partition d’une chanson et cherchez sa tonalité.

Chercher la tonalité Majeure possible, c’est la 1ère hypothèse.

Vérifier si la tonalité mineure relative de cette tonalité Majeure, qui est la 2e hypothèse pourrait être la bonne : deux éléments feront la différence :

  • Sur quelle note se termine la mélodie (tonique de repos final) ?
  • Le VIIe degré de la gamme mineure relative = 2e hypothèse, est-il haussé d’1/2 ton par rapport à l’armure ?

Si vous n’y arrivez pas, reprenez les différentes étapes